NEWSROOM

« Van Cleef & Arpels, Merveilles et Enchantements » s’expose à la boutique de la place Vendôme, Paris

1 septembre 2021

Clip Oiseau et pendentif Walska, 1971-1972, or jaune, émeraudes, saphir, diamants jaune et blanc, un diamant jaune taille briolette. Collection Van Cleef & Arpels.

Du 3 septembre au 30 novembre 2021, la boutique du 20, place Vendôme présente au sein de sa Galerie du Patrimoine l’exposition « Van Cleef & Arpels, Merveilles et Enchantements ».

 

Composée de créations issues de la collection patrimoniale de la Maison – certaines exposées pour la première fois –, cette exposition illustre la sensibilité de Van Cleef & Arpels pour les mondes merveilleux en donnant vie à un bestiaire imaginaire et à une nature enchantée. Depuis la figure bienfaisante de la fée apparue en 1941 jusqu’au Rocher aux merveilles, dévoilé en 2020 lors de l’exposition « Pierres précieuses » au Muséum national d’Histoire naturelle, la Maison n’a de cesse de développer une iconographie du merveilleux honorant la fonction première de la Haute Joaillerie : créer la surprise et l’émerveillement.

 

Véritable invitation au rêve, chaque création enchante l’imaginaire, à l’image de ces deux clips Licorne de 1948, comme échappés de la tapisserie médiévale de la Dame à la licorne. Hérités des voyages de la famille Arpels, chimères, griffons et dragons racontent le goût des cultures lointaines. Là, un clip Dragon de 1969 en or jaune, blanc et rose arbore une crête de diamants. À ses côtés, un autre combine des écailles d’or et de bois, matière dite porte-bonheur qu’affectionne la Maison au début du siècle. Issu d’une collection privée, le collier Souffle des nuages de 2011 multiplie le pouvoir d’évocation du dragon, son corps serpentant entre 112,44 carats de cristaux d’émeraudes brutes dans un ciel en perles.

 

Aussi généreux en symboles et en fantastique, le monde sous-marin s’avère une abondante source d’inspiration, notamment pour les collections thématiques de Haute Joaillerie des années 2000. L’exposition présente ainsi quatre pièces de la collection de Haute Joaillerie L’Atlantide de 2007, ayant rejoint la collection patrimoniale de Van Cleef & Arpels, tel que le clip Océanide, mi-nymphe, mi-ballerine, dansant sur les flots en habit de diamants.

 

Lorsque le merveilleux prend les traits d’une nature enchantée, il célèbre un dialogue intime entre le minéral et la main de l’homme, à l’instar d’un collier d’inspiration indienne de 1964. Exposé pour la première fois, le bijou fait rayonner des émeraudes polies que surmontent des cabochons de rubis. Niché dans la vitrine bibliothèque, le clip Oiseau de 1971-1972 et son pendentif Walska suscitent à leur tour l’envol de l’imaginaire avec les feux de ce fascinant diamant jaune taille briolette de 96,62 carats.

 

Libre à chacun d’imaginer sa propre magie. C’est tout le propos de l’exposition et des créations Van Cleef & Arpels.